Quels Enseignements et Quelles Anticipations ?

Pangolin est l’animal désigné comme étant le point de départ de la Pandémie.

Pan-Pan ! Et le Monde entier est à Terre !

Là où tous les scientifiques, les mouvements citoyens et les nombreux rapports du GIEC évoquant depuis des dizaines d’années l’urgence de changer rapidement notre façon de vivre ont échoué, la nature a réussi en moins de 3 mois à nous imposer de nouvelles règles.

Dans cet article, je ne rappellerai pas les modalités de mise en oeuvre du télétravail car tout a été dit sur le sujet. Ces quelques lignes sont le rappel (cf. nos nombreuses publications depuis 7 ans) des arguments de Relais d’Entreprises en faveur du télétravail dans les tiers-lieux.

Les télétravailleurs forcés de rester à la maison ont ainsi pu apprécier que :

  • Le télétravail ne s’improvise pas et qu’il s’agit bien là d’une nouvelle forme d’organisation à laquelle il convient de se préparer
  • En présence des enfants, il est difficile de se concentrer et cela le sera systématiquement durant les mercredis et les prochaines vacances
  • Le préambule à chaque échange passe par une excuse quant aux risques d’intrusion d’un bruit inhabituel : fond sonore de dessin animé, chant d’un oiseau, ronronnement d’un chat
  • La configuration du logement n’est pas toujours adaptée et nombreux sont les télétravailleurs pliés en 2 sur la table du salon ou avec l’ordinateur sur les genoux assis sur le bord de la fenêtre. Au bout d’un mois, les TMS seront de nouvelles pathologies à soigner
  • La connexion internet n’est souvent pas assez musclée pour participer à une réunion en mode visio ce qui oblige à jongler avec ordinateur d’un côté et téléphone portable
  • La tentation de faire des pauses et surtout de grignoter est très forte ce qui peut faire craindre des prises de poids
  • Si le téléphone sonne pendant ces pauses, un sentiment immédiat de culpabilité apparaît avec l’anxiété de ce que le manager pourrait en déduire
  • Le lien social, essentiel à l’épanouissement personnel, fait défaut en cas de télétravail à domicile : même avec la visioconférence, ce sont tous les échanges informels qui finissent par manquer cruellement
  • Le non-usage du véhicule individuel a non seulement un impact sur l’environnement mais surtout sur le pouvoir d’achat. Et que dire du temps gagné pour s’occuper de ses proches et de soi-même

Mais bien que cela puisse nous sembler encore lointain,
Relais d’Entreprises, à présent clairement reconnue comme une entreprise visionnaire, se projette d’ores et déjà sur l’après confinement.

  • Il y aura une défiance (réminiscence des craintes du virus) des solutions de mobilités partagées (covoiturage, transport en commun…) et comme le prix du carburant aura baissé, les actifs privilégieront le véhicule individuel (la pollution, la saturation des accès vont de nouveau être au cœur de l’actualité)
  • Face aux embouteillages mais surtout après le traumatisme de devoir subir une nouvelle dérive de notre système, les prises de conscience de l’urgence de vivre autrement prendra le dessus et les comportements irresponsables du passé (consommation des énergies fossiles carbonées, voyage facile et pas cher en avion, …) seront massivement bannis (ou tout du moins pointés du doigt).
  • La pratique du télétravail de fait sera maintenue (plus d’excuses des managers qui prétendaient que les métiers ne le permettaient pas ou que les moyens techniques n’étaient pas adaptés…) mais dans d’autres conditions (plus encadrés et de fait pas toute la semaine…) et fort probablement dans les tiers lieux d’activité tels que nous les mettons en place et les fédérons sous l’enseigne Relais d’Entreprises depuis près de 10 ans.
  • La centralisation et l’hyper mobilité seront remplacées par une plus grande répartition des centres de production (à l’échelle mondiale mais également locale) et une hybridation plus importante des aménagements : mixité de logement, commerce, bureaux et espace de vie : service à la personne, parc…)
  • Cette hybridation se traduira par l’émergence de nouveaux espaces multifonctionnels où l’usage des solutions de communication à distance sera davantage maîtrisé (télémédecine, visioconférence, enseignement à distance, micro-folie…)
  • Les entreprises accélèreront la réduction des surfaces de bureaux dans les centres urbains et adopteront le flex office tout en utilisant massivement les espaces coworking dont la résiliation des contrats favorise une optimisation des charges
  • Les campagnes (territoires de faibles densités) vont retrouver de la couleur face aux Métropoles avec néanmoins la gestion complexe d’un éventuel afflux des néoruraux (et notamment si l’exode des Parisiens est stigmatisée comme accélérateur de la propagation).
  • Mais très rapidement, il conviendra de repenser les services de proximité et en premier lieu les services de santé… 

Tout le monde s’accorde à dire qu’il y aura un avant et après COVID19. Nous espérons surtout que la courbe en rouge ne soit pas celle de la pratique du télétravail et que contrairement au nombre de personnes contaminées par le virus, nous gardions une part importante de télétravailleurs.

Aménagement du territoire et relocalisation des activités seront vite au cœur des réflexions pour faire émerger un nouveau modèle de société. Proximité, accessibilité, démobilité et sobriété : des valeurs qui sont celles de Relais d’Entreprises et des tiers-lieux affiliés depuis les origines, et c’est pourquoi nous serons au rendez-vous après cette crise pour contribuer à construire un futur plus soutenable. 

Dominique Valentin, Président Relais d’Entreprises